Algothérapie, le pouvoir de cicatrisation

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

LAMINAIRE NORDIQUE (LAMINARIA HYPERBOREA), UNE ALGUE ÉTONNANTE

Laminaire nordique - Laminaria hyperborea

Laminaire nordique - Laminaria hyperborea

Les marins et les géomoniers, qui se blessaient du fait de la rudesse de leur métiers, avaient constaté qu’une algue une fois brisée, la Laminaire nordique (Laminaria hyperborea), libérait une substance qui coagulait au niveau de la cassure et empêchait ainsi l’algue de se vider de son contenu. Ce constat leur donna l’idée d’utiliser cette substance, aujourd’hui connue comme alginate de calcium, pour soigner leurs plaies.

?

Goémoniers bretons récoltant la Laminaire nordique (Laminaria hyperborea)

Goémoniers bretons récoltant la Laminaire nordique (Laminaria hyperborea)

……………………………………………………………………………………………………………………………..

DU BIOPOLYMÈRE À L’ALGINATE DE CALCIUM (Ca++)

La connaissance des propriétés de ce biopolymère resta empirique jusqu’au milieu du XIXe siècle lorsqu’un Anglais, Edward Stanford, démontra scientifi-quement les pouvoirs hémostatiques et cicatrisants de l’alginate de calcium.

Laminaire nordique (Laminaria Hyperborea)

Laminaire nordique (Laminaria Hyperborea)

?

Hémostatique local

Hémostatique local

En 1949, les Laboratoires Brothier ont entrepris de mettre au service du plus grand nombre les bénéfices des fibres d’alginate de calcium en industrialisant leur fabrication, Coalgan était né !

Aujourd’hui, ces biopolymères sont transformés sous différentes formes pour répondre à l’ensemble des besoins thérapeutiques, autant en médecine ambulatoire qu’en milieu hospitalier.

……………………………………………………………………………………………………………………………..

LE PROCESSUS DE COAGULATION ET DE CICATRISATION

L’arrêt du saignement est dû à la formation du caillot sanguin obtenu lors du processus physiologique appelé hémostase.

La formation du caillot sanguin se déroule en deux étapes :

1ère ÉTAPE : L’AGRÉGATION PLAQUETTAIRE
C’est la formation d’un amas de plaquettes sur le site de la lésion vasculaire. Les plaquettes ainsi accolées les unes aux autres vont former un clou plaquettaire pour colmater la brèche du vaisseau.

2e ÉTAPE : LA COAGULATION
La coagulation aboutit à la formation de fibrine (protéine filamenteuse) qui consolide le clou plaquettaire et qui forme ainsi un caillot sanguin stable. C’est ce caillot sanguin stable qui permet l’arrêt du saignement définitif. Durant le processus de coagulation, un certain nombre de facteurs interviennent en cascade et sont indispensables à la formation du caillot sanguin : les ions calcium, facteur VIII, facteur IX …

3e ÉTAPE : LA CICATRISATION
Le processus de cicatrisation est un ensemble d’évènements physiologiques dont le but est de réparer un tissu lésé

Process de cicatrisation par échange ionique

Process de cicatrisation

La cicatrisation se compose essentiellement de 3 phases qui interagissent :
> L’INFLAMMATION
> LE DÉVELOPPEMENT D’UN NOUVEAU TISSU (le tissu de granulation)
> SON REMODELAGE conduisant ainsi à la formation d’une cicatrice.

Lors de ce processus, les ions calcium jouent un rôle essentiel car ils activent les cellules responsables de la formation de nouveaux vaisseaux et du nouveau tissu ainsi que celles qui aident la plaie à se défendre contre l’infection.

……………………………………………………………………………………………………………………………..

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »