IL FAIT DU PLASTIQUE AVEC DES ALGUES

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Rémy Lucas, un ingénieur de Saint-Malo, nous a ouvert l’atelier où il produit un matériau révolutionnaire, l’Algopack, un plastique sans pétrole et entièrement biodégradable.

Les agriculteurs avaient ouvert la voie depuis longtemps, puisqu’au début du XIXe siècle, les goé­monières ramassaient déjà les algues, s’en servant comme engrais, avant de constater leurs formidables pouvoirs, comme leur propension à favoriser la cicatrisation (alginate de calciumCoalgan).

C’était le métier de mes grands-mères“, raconte Rémy Lucas. Accroché au-dessus de son bureau, un tableau repré­sente deux femmes récoltant le précieux végétal. “C’est en pensant à elles que j’ai imaginé faire du plas­tique avec des algues. L’idée est simple, mais sa réa­lisation d’une extrême complexité technologique“, confie-t-il.
La naissance de ce matériau révolution­naire est une aventure humaine. “Pendant dix ans, j’ai consacré tout mon temps libre à cette quête“, se sou­vient-il. Les pieds dans l’eau, à la recherche de l’algue adaptée, ou dans son garage, aménagé en laboratoire de fortune, il a une intuition : “L’avenir du plastique est dans les algues“.

Après 10 ans de recherches, en 2010, Rémy Lucas trouve enfin. Il crée la société Algopack et se lance à plein temps dans son innovation. Dès lors, les investisseurs se montrent intéressés. Un leader international qui souhaite rester anonyme décide d’accompagner la start-up en met­tant à sa disposition des moyens humains et matériels. Très vite, une première marque est crée, Algoblend. Il s’agit du premier matériau rigide au monde composé d’un mélange d’algues et de plastique. “Ce n’était qu’une étape, commente l’entrepreneur, l’objectif était de se passer totalement du pétrole car, bientôt, nous n’en aurons plus”.

Début 2013, Rémy Lucas a gagné. Algopack, le premier plastique 100 % algues et totale­ment biodégradable est lancé sur le marché. Mieux, il apporte des nutriments au sol en se dégradant. “Faute d’innovation, nous allons à la catastrophe écologique. Quelle planète voulons-nous laisser à nos enfants ?“, répond simplement Rémy Lucas.

Un plastique totalement bio et écologique, une solution d’avenir ? Les algues n’ont, en tout cas, pas fini de nous surprendre !

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »